Immobilier : pourquoi les acheteurs sont-ils si nombreux à vouloir s’installer à Mardié ?

      Commentaires fermés sur Immobilier : pourquoi les acheteurs sont-ils si nombreux à vouloir s’installer à Mardié ?

Au moins 90 % des sollicitations reçues par l’agence Mardié Immobilier concernent des maisons. L’autre tendance porte sur les nouveaux programmes immobiliers. Voici un aperçu des raisons qui conduisent les acheteurs à s’installer dans cette commune de l’est de l’agglomération orléanaise.

Quels atouts ?

Qu’ils jettent leur dévolu sur le centre-bourg ou la périphérie de Mardié, “les gens viennent ici avec plaisir”, constate Sébastien Lejeune, de l’agence Mardié Immobilier.

Selon lui, le cadre de vie est une des principales raisons qui amènent à s’installer dans ce secteur de l’est orléanais. Si “l’esprit campagne” séduit, les clients de l’agent immobilier apprécient aussi que Mardié soit “moins taxée que Chécy et moins urbanisée”.

Le professionnel souligne encore l’attrait pour la zone commerciale cacienne et les commerces de proximité de Mardié. “C’est une commune qui plaît”, résume Sébastien Lejeune ; pour sa “dimension humaine”, tout en étant à 20 minutes d’Orléans.L’esprit campagne est recherché à Mardié.

Quelles faiblesses ?

Que faut-il en plus à Mardié ? En cherchant bien, l’agent immobilier Sébastien Lejeune verrait bien de la restauration. Et pourquoi pas un distrubuteur automatique de billets.

Pour Jacques Thomas, premier adjoint de Mardié, qui regrette “l’abandon” du projet de réouverture de la ligne ferroviaire Orléans-Châteauneuf, “le problème” dans la commune est le transport. Un problème et même “un point noir”.Les acheteurs aiment le cœur de ville, les commerces de proximité. Mais le point noir concerne les transports.

Quelles perspectives immobilières ?

Sans chauvinisme (il l’assure !), l’adjoint Jacques Thomas confirme une “forte demande” pour habiter Mardié, “où les gens se sentent bien”.

L’environnement n’y est pas étranger : “On est une commune verte, au moins un quart est en zone boisée.” “Mardié est la porte Est de la métropole, on essaie de préserver l’aspect village”, poursuit l’élu, avec un bourg “resté dans son jus”,
fait de maisons vigneronnes et bourgeoises, de commerces de proximité

Y a-t-il d’autres points positifs ? En programmant plusieurs opérations immobilières, Mardié (près de 2.800 personnes aujourd’hui) veille à rajeunir sa commune tout en se préparant à atteindre, un jour, les 3.500 habitants.

Un lotissement, Les Jardins de Miromesnil, est déjà sorti de terre il y a plusieurs mois, rappelle Jacques Thomas. S’il a contribué à l’arrivée de jeunes ménages, il a aussi conduit à l’ouverture d’une classe. Deux autres sont aujourd’hui envisagées avec la réalisation du Clos-de-l’Aumône.Les acheteurs apprécient aussi la périphérie de la commune, comme Mardié-Les Breteaux.

Bientôt le Clos-de-l’Aumône Le Clos-de-l’Aumône va être réalisé pendant une décennie.
Afin de maintenir un développement raisonnable dans la commune, l’opération immobilière a démarré avant 2014 et doit se concrétiser dans plusieurs années. C’est sur une zone d’aménagement concertée (Zac), dans un secteur sur lequel l’architecte des bâtiments de France a un droit de regard, que Mardié projette d’accueillir 140 maisons, ainsi qu’une coulée verte. Les premières maisons sortiront de terre en janvier, pour être livrées fin 2019, début 2020. Pour faire venir “progressivement” les habitants, Mardié compte réaliser cette opération immobilière de plusieurs tranches en une dizaine d’années. De l’habitat locatif y est prévu, du locatif social (20 %) et de l’accession à la propriété (en majorité). Après Le Clos-de-l’Aumône, un autre quartier devrait suivre.

Projet de carrière à Mardié : le dernier recours tombe à l’eau

Lilian Maurin

.